Le Dharma correspond à la logique d’inscription de la communauté humaine dans l’ordre universel et la cyclicité du temps cosmique. C’est elle que désigne le terme clé de dharma (d’une racine qui signifie « étayer », « soutenir ») traduisible par ordre, loi ou devenir, selon le contexte.

Dans le bouddhisme cela signifie l’enseignement de Bouddha et la voie pour atteindre l’Eveil. Il s’agit du 2e des 3 joyaux du refuge, les 3 joyaux étant Bouddha, dharma et sangha en lesquels on « prend refuge » (littéralement, appui, protection) pour devenir disciple de l’Eveillé.

Son champ sémantique est cependant très large. En sanskrit, la racine dhar signifie « porter » « tenir » mais aussi « fixer ». Dans la tradition hindoue, on lui associe la notion d’ordre, de norme universelle et éternelle, de loi.

Le Bouddha ayant atteint l’Eveil et prêchant pour la première fois le fruit de son expérience, met en route la roue du Dharma, celle qui permet d’échapper à la roue du samsara (jusqu’à la libération suprême) et qui deviendra le symbole du bouddhisme.*

« La doctrine du Dharma peut être résumée par ce que l’on appelle la « coproduction conditionnée », ou « conditionnalité » qui est le constat que, pour exister, tous les phénomènes dépendent de nombreuses conditions et que lorsque ces conditions changent ou cessent d’exister, le phénomène lui-même change ou cesse d’exister – ce que nous pouvons observer dans tous les aspects de notre expérience. Nous formons nous-même une partie des conditions qui créent notre expérience et les conséquences de nos actions conditionnent donc nos expériences futures et celles des personnes autour de nous. De cette manière, nous sommes intimement liés à notre environnement et aux autres êtres vivants ». (Extrait d’un publication du Centre bouddhiste de Paris).

En découle une loi naturelle de sagesse, le chemin d’incarnation à suivre qui nous permet de nous transformer par nos actes (ex. méditation) et notre état d’esprit (faire preuve d’éthique, par exemple) afin d’être en harmonie.

Le Dharma est donc le but, la destinée, le chemin d’incarnation, et se différencie du Karma, qui est la loi de cause à effet (en quelque sorte la responsabilité de nos actions).

Qu’en est-il de votre propre roue du dharma : êtes-vous en adéquation avec vos actions? Avez-vous conscience des effets de vos actes? comment cela tourne-t-elle pour vous?

*In Les religions d’Asie, hindouisme, bouddhisme et taoïsme, les textes fondamentaux commentés – ed. Le Point-Tallandier

Facebooktwittergoogle_plusmail