EPISODE 3

Par un matin d’automne un peu frisquet, Mica sortit de son champignon avec un petit gilet ailé sur le dos, salua Monsieur Hérisson qui n’avait jamais froid et entreprit d’arroser les fleurs de son jardin car elles avaient souffert de la sécheresse de l’été. Elle vit soudain un homme se pencher pour en cueillir une.

-Halte-là, malheureusement ! fit-elle. Que t’a fait cette fleur pour que tu l’arraches à sa terre et à ses amies?

Elle avait parlé avec douceur mais l’homme avait sursauté et la regardait avec des yeux arrondis et mélancoliques.

-Je suis désolé, lui répondit-il. Je n’ai pas réalisé, j’étais perdu dans mes pensées.

Le sourire de la lutine le soulagea quelque peu. L’homme avait les cheveux gris, la peau légèrement ridée et semblait bien esseulé.

Mica sentit qu’il était malheureux et lui proposa de boire un thé en sa compagnie dans le petit jardin, sous un pommier aux feuilles dorées par la saison. L’homme parut enchanté de l’invitation : Mica le devina dans son regard qui s’éclairait.

-Puis-je te parler? dit-il à la lutine.

-Bien entendu, répondit-elle. Nous, les lutins, aimons écouter. A croire que la forme de nos oreilles a été imaginée pour cela, ajouta-t-elle avec un petit rire discret.

L’homme raconta ainsi sa misérable route depuis quelques années. Il mentionna sa rencontre avec Onyx, puis celle avec Rubis. Il lui dit qu’en effet, il n’avait plus si mal, qu’il ne trouvait plus cela si injuste mais qu’il lui était cependant impossible d’aimer. Aimer son existence ou les personnes qu’il rencontrait. Et la vie s’écoulait…

-Je comprends, dit Mica, c’est triste. Et préoccupant.

Elle se leva alors, alla choisir une fleur mauve bien éclose et un bouton de rose jaune parmi celles qu’elle cultivait pour leurs effets vertueux. Elle mélangea leurs nectars et les versa dans le thé déjà infusé.

Un papillon aux ailes saupoudrées d’ambre s’était posé sur son épaule tandis qu’elle regardait l’homme boire doucement ce breuvage qui devait l’aider à ouvrir son coeur.

Mica mit délicatement sa petite main sur le bras de son invité et lui demanda :

-As-tu entendu parlé des Pimprelins?

L’étonnement de l’homme transforma ses sourcils en accents circonflexes. Elle lui raconta alors cette fabuleuse histoire :

-Il y a très très longtemps, dans un lointain royaume, vivaient les Pimprelins, comblés de joie et d’amour. Puis un jour, un mauvais génie, jaloux de leur bonheur immense, décida de les couper en deux, tels des coquillages et de les éparpiller dans l’univers. Et, depuis, chacun d’eux n’a de cesse de chercher sa moitié, sans désespérer, afin de retrouver la paix avec son âme soeur. On dit que les humains sont tous de petits Pimprelins en leur for intérieur.

L’homme se demanda s’il s’agissait d’une légende et cela le laissa songeur. Mais on pouvait percevoir une étincelle d’espoir sur son visage. Il entendit encore la lutine lui déclarer :

-L’amour est un don d’une richesse sans pareil. Il procure la joie lorsqu’on le reçoit, l’humanité lorsqu’on l’offre. Il faut toujours en conserver, car son absence devient souffrance.

Le monsieur lui exprima sa gratitude par un silence paisible, malgré un sourire un peu las. Il reposa sa tasse. Il souhaitait reprendre sa route sans plus tarder car le temps marchait à grands pas.

A son départ, Mica insista sur ses propos :

-N’oublie pas de semer cet amour autour de toi, partout où ta route te mènera. Toutefois, pour y parvenir, il te faudra t’aimer toi-même. Et il n’est jamais trop tard…

En retournant à son champignon, Mica était émue. C’était une lutine très sensible, d’une grande bienveillance, comme nombre de lutins… et d’êtres humains aussi.

Episodes précédents (cliquer sur 1 et 2)

Episode 4 et fin : la semaine prochaine

Facebooktwittermail