Ces derniers temps – pour de multiples bonnes et mauvaises raisons – l’énergie m’a manquée… Chaque jour, je me suis dit : « ce n’est rien, ça va passer ». Et puis la semaine passée, je me suis déclarée : « il faut s’énergiser ! » au sens propre du terme : faire circuler l’énergie qui est en moi et remettre le réservoir à niveau.

Alors, par quel bout rattraper cette énergie fuyante ? Il est vrai que celle-ci est autant liée à notre esprit qu’à notre organisme. Et si ce dernier est défaillant, débutons par l’esprit, le reste pourrait bien suivre.

Avant que de retrouver des forces, il m’a semblé indispensable de préserver celles en présence. A commencer par le tri des énergies sombres qui déboulent sur nous telles une marée noire, sans que l’on ne demande rien ; toutes sortes d’énergies très fortes sont dégagées par tous ceux que l’on côtoie, armés d’attentes, de problèmes à résoudre, d’objectifs à atteindre et du stress inhérent. J’ai donc mis sur « ON » mon bouclier magnétique mental chargé de repousser les ondes négatives émises à fortes doses en période de rentrée. Je l’avais laissé sur « OFF » tout l’été, prenant le risque modéré d’être éclaboussée par d’autres vagues que celles de l’océan, et je ne l’ai pas regretté.

En effet, une des « recettes » de la bonne forme est de pouvoir se préserver de ces « vampires assoiffés d’énergie » comme ils sont nommés dans un article d’Happinez*. Les sangsues de la vitalité ne manquent pas. Le magazine nous offre quelques pistes : « visualisez une cape d’or qui vous protège des « siphonages » énergétiques, une cape magique (…) imperméable aux attaques de l’extérieur » ou encore « imaginez-vous dans un oeuf géant, à la coquille transparente très résistante, qui vous protège (…) l’intérieur de cet oeuf représente la sécurité, l’endroit où vous êtes entièrement vous-même. Vous serez mentalement protégé contre les assauts ennemis! ».

bouddha oeuf

J’ai moi aussi imaginé ma protection : mon bouclier, même s’il reste perméable à certains faits objectifs qui  m’attristent ou m’agacent profondément, semble étanche aux pollutions de paroles et de sollicitations qui pompaient jadis mon capital énergétique.

Mais après les sources extérieures, il m’a fallu m’attaquer aux causes internes : cesser de porter un poids, ressasser une pensée négative, un regret, une angoisse : autant de fissures dans le puits énergétique. L’idée : passer à autre chose, en se concentrant sur une action agréable à mener, y compris de petites actions mises bout à bout.

Ensuite, il m’a fallu revenir à un fondamental souvent négligé : un peu de discipline alimentaire – quelle cruelle évidence pour une « savoureuse » de l’existence – car j’avais consommé plus que ma ration d’aliments dits toxiques. Là encore, un soupçon de sagesse peut procurer un grand effet bénéfique.

J’ai également démarré une nouvelle discipline, le stretch-yoga, qui étire tous mes muscles sans violence mais avec insistance. La posture du cobra m’a sans doute ouvert le chakra du plexus solaire, ce centre énergétique de la sagesse, du pouvoir ! Il se trouve que selon la tradition yogique indienne, notre énergie vitale est un serpent enroulé autour de notre colonne vertébrale, dans nos chakras inférieurs. On l’appelle Kundalini, « enroulé » en sanscrit. De nombreuses méthodes contribuent à dérouler ce serpent intérieur : pratiquer le yoga, le qi gong (le qi est l’énergie vitale), le rire, le chant, le massage, le dessin ou cultiver l’optimisme.

Ainsi, j’ai repris un de mes mantras « ça va bien se passer », dans l’espoir de déployer l’énergie positive de ma pensée sur mes journées.

L’énergie retrouvée, il ne me reste plus qu’à décider à quoi la dédier, afin de l’utiliser à bon escient! 😉

Et vous, qu’est-ce qui vous énergise? Faites-nous part de vos recettes personnelles.

* in le magazine Happinez n° 2 -Energie. Le n° 17 -Nouvelle énergie- propose également des remontants naturels, « énergie boost » (pierres, huiles essentielles, aliments, une marche dans l’herbe, la « respiration du feu »…)

Facebooktwittergoogle_plusmail