Le foudre et la cloche (ou clochette) ‚Äď Vajr√Ę et Ghanta ‚Äď forment √† la fois le symbole le plus ordinaire et le plus complexe du bouddhisme tib√©tain. Rites et c√©r√©monies ne sont gu√®re concevables sans eux, de la m√©ditation solitaire aux vastes rassemblements qui marquent la vie monastique.

Dans une interpr√©tation √©sot√©rique, cette paire ins√©parable figure l’unit√© du pouvoir masculin et de l’√©nergie f√©minine. Le foudre aura une signification diff√©rente selon qu’il est dot√© d’un √† neuf pointe(s), le plus courant √©tant les¬†trois pointes, qui repr√©sentent les trois joyaux.

Ces objets m’√©voquent le yin et le yang et des attributs “royaux”. La clochette tib√©taine tinte d’une douce m√©lodie, tout en me rappelant √† l’instant pr√©sent lorsque je m’√©gare. Quant au foudre, il me donne l’illusion de poss√©der des pouvoirs magiques, qui pourraient tout aussi bien donner vie ou foudroyer.

Mais la réalité est toute autre : ces objets représentent la méthode et la sagesse.

Dans la main droite du pratiquant, le foudre est gage de stabilit√© de la m√©thode et dans sa main gauche la clochette est rappel de la sagesse de l’impermanence. L’√©quilibre entre les deux s’√©tablit par le biais des m√Ľdras, les gestes rituels.

cloche-et-foudre-tibetain