Pour quelle raison j’aime tant le matin ? Ce n’est¬†pas ¬ę¬†la promesse de l’aube¬†¬Ľ (magnifique titre du livre de Romain Gary) car je pr√©f√®re¬†que le jour soit bien lev√©, mais la promesse du jour nouveau qui me donne une √©nergie de vie.

Je fais partie de ces personnes qui pensent que le bonheur est √† port√©e de ceux qui se l√®vent t√īt, prenant la journ√©e qui s’ouvre devant nous¬†comme une (nouvelle) chance, appr√©ciant les premiers instants de la matin√©e, baign√©s par la lueur du jour et les p√©piements des oiseaux. Je trouve cela profond√©ment gai et porteur d’espoir.

¬ę¬†Des √©tudes psychologiques ont √©tabli que les personnes matinales √©taient plus heureuses, plus optimistes, plus consciencieuses et moins expos√©es √† la d√©pression (…) Question de lumi√®re, de gestion de l’√©nergie vitale, de m√©tabolisme… ¬†¬Ľ (extrait de Psychologies magazine n¬į 362).

Bien s√Ľr, je ne me l√®ve pas √† l’aube pour me rendre √† un travail harassant d’usine, de m√©nage en entreprise, de travaux publics ou m√™me de garde dans un h√īpital… et¬†cela facilite grandement mon ¬ę¬†app√©tit¬†¬Ľ matinal.

Mais, tout de m√™me, il me semble que dans le matin t√īt, tout est possible : le moins bon comme le meilleur, et¬†c’est √† ce dernier que je pense en ouvrant mes volets, inspirant √† la fen√™tre. Et ce champ du possible me r√©jouit, m√™me si je suis fatigu√©e, si j’ai mal dormi, s’il fait mauvais ou¬†que je n’ai pas de projet. J’essaie alors de me focaliser sur une seule chose qui me r√©jouit et je me dis que non seulement c’est d√©j√† √ßa, mais ce n’est sans doute pas uniquement cela qui m’attend.

Le Bouddha a dit : ¬ę¬†Chaque matin nous renaissons √† nouveau. Ce que nous faisons aujourd‚Äôhui est ce qui importe le plus.¬†¬Ľ

J’aime la promesse du matin qui me murmure que je pourrais bien accomplir quelque chose de particulier ou rencontrer une personne de bien – m√™me si la plupart du temps¬†il n’y a rien de sp√©cial mais plusieurs petites choses agr√©ables √† retenir d’une journ√©e √©coul√©e.

Cet exercice de pens√©e positive me permet de me booster en cas de paresse car¬†j’y trouve¬†un petit go√Ľt de myst√®re que je ne rencontre¬†pas dans la fin d’une journ√©e et qui m’insuffle l’envie tout en¬†me rapprochant de la s√©r√©nit√©.

Je recommande cette pratique quotidienne, car elle √©lague les jours ¬ę¬†sans¬†¬Ľ.

Un proverbe russe dit :¬†¬ę¬†la vieillesse est plus sage que la jeunesse, mais le matin est plus sage que le soir¬†¬Ľ.¬†Entre les ¬ę¬†hiboux¬†¬Ľ, les couche-tard et les ¬ę¬†alouettes¬†¬Ľ, les l√®ve-t√īt, comme les cite le magazine, ¬†j’ai oscill√© selon mes pans de vie, mais j’ai tout de m√™me toujours eu le plaisir de vivre la teneur du matin. Il faut dire que l’apr√®s-midi je suis en mode perte totale d’√©nergie, c’en est pathologique ūüôā !

Un matin c’est doux comme un¬†nouveau-n√©, g√©n√©reux comme un ami, lumineux comme un diamant brut et grand comme la libert√©. ¬†Si par chance je peux admirer le lever du soleil et me baigner dans la lumi√®re chaude et tendre propre au d√©but du jour, je ressens alors une vraie gratitude d’√™tre en vie et d’avoir une nouvelle journ√©e √† moi.¬†A contrario, j’ai le blues des enfants lorsque la nuit tombe, en particulier¬†en hiver. √áa, c’est parce que je n’aime pas les fins (mais c’est une autre histoire). Heureusement, il arrive que ce moment soit¬†compens√© par l’inlassable beaut√© du soleil couchant.

Enfin, dans les deux cas, vous l’aurez compris, ces instants¬†de v√©ritable f√©licit√© sont √©troitement li√©s, voire conditionn√©s par le soleil, cet astre vital. Mais malgr√© cela, au moment o√Ļ je me l√®ve, je me sens interconnect√©e et chanceuse d’appartenir √† la communaut√© de vie qui connait chaque jour, un nouveau matin.

Retrouvez un exercice de la pensée positive du matin sur la page Facebook du 8 mai. 

photo : cliché personnel du ciel de la Restonica (Corse) en mai