Je crois que l’on n’est pas oblig√© de tout comprendre. On peut aussi juste accepter une situation, un √©tat, un individu. Et, si cela ne nous satisfait pas, changer de perception afin que cette situation nous apporte satisfaction, voire nous r√©jouisse enfin ou que l’on puisse vivre en paix avec.

“Conna√ģtre, ce n’est pas d√©montrer ou expliquer, c’est acc√©der √† la vision” nous dit Antoine de Saint Exup√©ry. Alors pour mieux conna√ģtre et accepter, je peux modifier ma vision.

Si je suis face √† une carence, √† un d√©faut -y compris le mien- qui me semble lourd, je vais √† tout prix chercher √† en comprendre l’origine, le processus. Parfois le¬†d√©clic se produit et me permet de le corriger mais parfois je ne peux pas le d√©crypter et j’en souffre.

Mais ne puis-je essayer de le neutraliser mentalement ou, mieux, de le percevoir comme une force?

‚ÄúSortir des limites de notre sensibilit√© et de notre vision mentale, et atteindre une libert√© plus vaste, telle est la signification de l’immortalit√©‚ÄĚ (Rabindran√†th Tagore dans l’Inde et son √Ęme). A d√©faut d’immortalit√©, la libert√© est √† port√©e de moi si je modifie la pr√©hension (la fa√ßon dont je vais prendre, saisir, m’emparer) de ce que je vis et des autres.

Je dois pouvoir y parvenir, en commen√ßant par changer les mots que j’y accole. Par exemple : “mon esprit est en permanence en alerte, je suis une perp√©tuelle anxieuse” peut devenir “j’ai une telle curiosit√© de la vie que je suis toujours en √©veil”.

Vous imaginez l’effet produit? La modification de ma pens√©e par mon vocabulaire agit sur mon ressenti et change mon approche des choses. J’en tire alors une nouvelle √©nergie.

Il en va de m√™me dans le regard port√© sur l’autre : si je remplace “la s√©cheresse¬†de sa¬†communication¬†r√©v√®le une absence de confiance ou de r√©silience” par “sa capacit√© au silence est une preuve de grande qualit√© d’√©coute”, je per√ßois une ressource profitable dont je peux me r√©jouir.

Alors m√™me si je ne comprends pas pourquoi les choses qui me d√©plaisent, me d√©rangent, m’attristent ou me r√©voltent sont ainsi et ne peuvent √™tre autrement, je peux en revanche tenter¬†de changer d’angle, m’en approcher √† pas de loups le temps de r√©fl√©chir √† une autre vision et, tranquillement, y trouver un nouveau confort.

Si vous souhaitez essayer, prenez deux¬†exemples concrets : une situation et la¬†caract√©ristique d’un proche. D√©crivez en termes pr√©cis ce que cela vous fait ressentir, puis reformulez. Voil√†, c’est pas mieux ainsi?