Saintes-Maries de la Mer, terre d’accueil, de tradition et de p√®lerinage, prie pour nous…

Il se dit qu’√† l’aube de la chr√©tient√©, victimes de pers√©cutions en Palestine, les saintes Marie Jacob√© et Marie Salom√©, proches de J√©sus, accompagn√©es de Sara, auraient d√©barqu√© en ce lieu sur une embarcation sans voile ni rame. Guid√©es par la providence, elles abord√®rent le rivage proven√ßal, qui porte d√©sormais leur nom. Les restes de leurs d√©pouilles sont conserv√©es dans des ch√Ęsses suspendues dans la superbe √©glise-forteresse des Saintes-Maries et font l’objet d’une procession annuelle qui les am√®ne¬†jusqu’√† la mer. De m√™me, Roms, Manouches, Tsiganes et Gitans arrivent lors de leur p√®lerinage des quatre coins d‚ÄôEurope et m√™me d‚Äôautres continents, ce qui est impressionnant, pour v√©n√©rer leur Sainte, Sara la Noire.

img_9929

Ce village, construit entre ciel et mer, l√† o√Ļ le Rh√īne embrasse la M√©diterran√©e, est un magnifique site spirituel o√Ļ se croisent l√©gendes chr√©tiennes et tsiganes, animaux sauvages et esprits dompt√©s – ou l’inverse.

La Camargue, un m√©lange √©pic√© : ses chevaux blancs et ses taureaux noirs dans les manades, ses flamants roses sur les marais bord√©s de roseli√®re (bandes de roseaux), ses dunes et ses maisons des gardians¬†blanches aux volets bleus et toits de chaume : des paysages reposants contrastant avec la force de vie spirituelle qui nous happe au point qu’on se r√™verait gitan !

Tout est r√©uni pour que l’on ressente en ces lieux la croyance en quelque chose de sup√©rieur et de rassembleur, tout y est impr√©gn√© de pr√©sence vive. La magie op√®re et l’on passe de la messe aux ar√®nes avec la m√™me ferveur, port√©s par les √Ęmes ancestrales et la lumi√®re de la flamme camarguaise.

Et puis il y a les arl√©siennes qui vous accueillent pour la course camarguaise o√Ļ le spectacle des raseteurs et du taureau vous r√©jouit d’autant plus qu’il n’y a aucune blessure inflig√©e √† la b√™te. Des “boh√©miennes” vous proposent des porte-bonheurs tels que l’homme qui porte l’arc-en ciel*, symbole gitan prot√©geant des mauvais sorts. Une autre vous accueille dans une boutique √©sot√©rique o√Ļ Shiva le dispute √† Tara, sur les conseils de Saraswati, un √©tonnant m√©lange de pr√©nom gitan : Sara la Sainte et Swati ** l’indienne ! Quant au magasin o√Ļ¬†l’abondance de sp√©cialit√©s alimentaires c√ītoit un autel d√©cor√© de la vierge et de dizaines de chapelets du monde entier…

Cette atmosph√®re est singuli√®re mais parfaitement en accord avec mon esprit et les signaux¬†qui me parviennent au gr√© de mes p√©r√©grinations sont quelque peu d√©routants. Comme le fait d’y lire, durant mon s√©jour, le dernier ouvrage de Marie de Hennezel dont j’apprends alors que son grand oncle √©tait le marquis¬†de Baroncelli, qui a permis le retour des traditions des gitans et a fait concevoir la croix de Camargue, repr√©sentant la foi (la croix et ses tridents de guardian), l’esp√©rance (l’ancre) et la charit√© (le coeur)…

Un flamenco traditionnel o√Ļ la guitare s’efface devant un chant identitaire qui donne le frisson me trotte dans la t√™te tandis que je marche sur la digue, pouss√©e par le vent permanent… je ferme les yeux et me vois sur les routes, en famille ou dansant autour d’un feu. J’√©tais tsigane… au moins le temps d’un coucher de soleil.

img_9949

*l’Indalo : symbole gitan qui apporte du bonheur √† celui qui le porte, l’arc en ciel √©tant le pont entre les mondes physique et spirituel.¬†186_indalo_colgante_plata

** Swati : nom indien de la troisième étoile la plus brillante en ciel la nuit, appelé Arcturus en monde occidental.

photo de couverture : clich√© personnel en l’√©glise forteresse des Saintes Maries