Oh ! Que l’Empereur conclue la paix, mon père ;

avec joie je cède le laurier sanglant pour la première fleur que nous offre le printemps,

pour les parfums qu’exhalent les premiers beaux jours de l’année rajeunie.

Wallenstein (1799), homme de guerre de la noblesse bohémienne pendant la guerre de Trente Ans et féru d’astrologie.

Facebooktwittermail