Une carpe saute
Des rides
À la lune d’automne.
 
À l’ombre des poteaux à linge
Se devine
Le solstice d’hiver.
Nuit brève
Combien de jours
Encore à vivre.
-Masaoka Shiki-

Considéré par beaucoup comme « le père du haiku moderne » , Masaoka Shiki (1867-1902) fut le grand défenseur de cette forme majeure de la poésie japonaise. C’est à lui que l’on doit le terme haiku donné à ce très bref poème. De santé très fragile, il y consacra une bonne part de sa courte vie. Auteur de nombreux haiku, chroniqueur de poésie au journal « Nippon », fondateur d’une école de haiku, auteur de livres et d’un grand nombre d’études sur le haiku et créateur d’une revue littéraire consacrée aussi au haiku, Hototogisu (« Le Coucou »), il s’intéressa à l’oeuvre de ses grands prédécesseurs, celle de Basho et surtout de Buson, dont il fit l’éloge. Il fut lui-même un des tout derniers maîtres du haiku.

(source : Babelio)

Facebooktwittermail