Comme nous y invite Thich Nhat Hanh*, prenons le temps d’une respiration : l’inspire et l’expire.

« Respirer est la meilleure façon d’arrêter – d’arrêter la colère, l’agitation, la peur et la tristesse. »

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours, d’une façon ou d’une autre, essayé de travailler ma -très mauvaise- respiration (relaxation, qi gong, hypnose ericksonienne) mais mon diaphragme restait hélas bien souvent bloqué en position haute ! Depuis que j’ai découvert cet exercice d’une simplicité enfantine, j’ai pu constaté qu’il produit des effets bluffants d’apaisement et qu’il est réalisable à tout moment! Je l’utilise en cas de fatigue, d’énervement, d’angoisse, de trac, d’insomnie, les yeux fermés ou non.

« Vous pouvez respirer en étant assis, debout, couché, en marchant ou dans n’importe quelle position (…) Sans penser à rien d’autre, dites-vous : « J’inspire, je sais que j’inspire. J’expire, je sais que j’expire« . Si vous préférez, vous pouvez aussi juste dire « Dedans… » lorsque vous inspirez, et « Dehors… » lorsque vous expirez (…) Faites cet exercice aussi souvent que vous le souhaitez. Il est essentiel pour apprendre à s’arrêter, se camer et revenir à soi dans l’instant présent. »

Car c’est bien cela qui fait la différence : revenir à ici et maintenant, en balayant les craintes du passé et les doutes de l’avenir. Si je me dis, par exemple : je ne me sens pas bien, j’ai déjà connu cet état et je vais peut-être faire un malaise, le mental est alors conditionné par des moments passés qui font craindre une situation à venir non réalisée, alors qu’à l’instant précis où l’on se situe une chose est évidente : je suis ici et maintenant en train de respirer et cela est agréable.

Et, pour aller plus loin, je suis les indications du vénérable moine bouddhiste et je me répète « j’inspire, je suis consciente de mon coeur (ou mon corps, ou mon ventre, etc…), j’expire, je souris à mon coeur (corps, ventre…). » Alors, à l’apaisement succède la gratitude et ce sont autant de petits instants bienfaisants grappillés.

Si vous essayez, voulez-vous bien partager l’effet ressenti avec nous?

*in La Plénitude de l’instant, vivre en plein conscience (ou comment se réconcilier avec soi-même et avec autrui), texte intégral. (Ed. Marabout).

Facebooktwittergoogle_plusmail