« On ne joint bien les mains que si elles sont vides » nous dit un proverbe tibétain.

Le champ des possibles vous invite à ce petit exercice : à plusieurs reprises dans la journée, conserver les mains vides.

Lire des documents au travail, discuter avec un collègue, se poser sur son fauteuil à la maison, au sol en méditation, le tout sans ne rien tenir entre ses mains, ni stylo, ni tasse de café, ni papier, ni aliment et encore moins un téléphone.

Et observer ce qui se passe : cela vous permet-il de mieux vous concentrer sur un sujet, de mieux écouter la conversation, de mieux profiter de la détente, de mieux ressentir une émotion? Tout simplement de vous sentir plus libres de vos gestes? Ou de mieux vous joindre, vous relier à l’instant?

Si vous souhaitez partager le résultat de ce petit exercice avec nous, ce serait fort intéressant.

 

Facebooktwittergoogle_plusmail