Je gravis la pente du printemps

pour y déposer

mes ex-voto d’amour.

Mayuzumi Madoka

 

Dans le vieux marais aussi

le printemps friselise –

la glace fond.

Shiraishi Tsukako

 

(Haïkus du XXe siècle/Ed. Gallimard)

Facebooktwittergoogle_plusmail