Il s’agit d’une initiative issue de l’association les Colibris dans le Rhône qui porte sur l’agriculture locale. Les Colibris 69 ont plusieurs groupes, dont celui « Agriculture-Ecologie » qui mènent plusieurs projets.

« Né du constat que dans notre société moderne, les liens entre santé, alimentation, agriculture, écologie et solidarité sont parfois rompus, Adopte une courge est un projet agroécologique local, social et solidaire. Se reconnecter à la nature et à la terre, partager des expériences avec des citoyens, promouvoir les initiatives locales et se relier, voilà les buts d’A1C.

Une des missions des Colibris c’est de RELIER : le principe qui nous tenait à cœur, c’était de créer du lien entre ville et campagne, entre espace de production et de consommation. Ces deux mondes se connaissent peu et appréhendent difficilement les réalités des uns et des autres.

Si nous parlons de production et de consommation, c’est que ce projet est centré sur la question de la nourriture, de l’agriculture et, plus largement, sur la valeur réelle des aliments, que l’on perd trop souvent. Dans nos vies urbaines « hors sol », une tomate est un « truc » sans goût et pas cher, qui vient de loin et qu’on oublie au fond de son frigo.

Nous avons donc voulu mettre en avant et soutenir des producteurs bio, et permettre à d’autres de découvrir leur travail.

Enfin, nous souhaitions mettre en valeur des lieux de vente alternatifs. Nous nous sommes tournés vers les épiceries sociales et solidaires, et nous continuons à rencontrer d’autres structures ».

Ce projet est hébergé dans le jardin collectif bio Les Pot’iront (AMAP participative).

Le programme d’un dimanche par mois : matin, travail de la terre aux différentes étapes (plantation, paillage, désherbage, récolte) et soutien aux bénévoles ; midi, repas partagé ; après-midi, initiation à une pratique reliant santé, alimentation et nature (naturopathie, permaculture*, botanique, plantes médicinales, etc.).

« En résumé, il s’agit d’une sorte de woofing à la journée : on met les mains dans la terre, on apprend et on s’amuse, à l’extérieur, loin du centre-ville ».

Les produits du jardin sont offerts à des épiceries solidaires ou des associations qui cuisinent pour des personnes défavorisées. Pour l’anecdote, le représentant du groupe avait offert une courge à Pierre Rabhi en 2015 lors de la conférence à laquelle j’avais assisté !

*permaculture : à la fois éthique, philosophie, science et méthode de conception/aménagement/planification/organisation de systèmes (et d’écosystèmes), dont la préoccupation fondamentale est l’efficacité, la soutenabilité/régénérativité et la résilience.

Facebooktwittergoogle_plusmail